L’agriculture française en chiffres

 

La seconde moitié du XIXe siècle a été marquée par la réforme agricole lancée sur tout le territoire européen. En France, l’action n’a pris un élan de taille qu’à partir des années 1960 avec la modernisation des pratiques agricoles.

 

Un secteur qui va à la dérive

Même si la France abrite l’une des plus grandes superficies cultivables en Europe avec 27 millions d’hectares de terre cultivable, le nombre d’exploitants agricoles diminue de manière inquiétante. De 2000 à 2012, leur effectif est passé de 665 000 à 516 000. Et encore, 40 % des agriculteurs âgés de 50 ans et plus n’a aucune relève alors qu’ils devront cesser leurs activités d’ici une dizaine d’années.

 

Des petites entreprises agricoles familiales

Les entreprises agricoles sont souvent familiales et le propriétaire direct se fait aider par les membres de sa famille ou des employés qu’il emploie de manière temporaire. Aussi, l’économie française ne peut pas compter sur ce secteur qui ne génère que 1,5 unité de travail. Néanmoins, on a enregistré une hausse au niveau du pourcentage des employés permanents dans les entreprises agricoles. Depuis les 12 % en 2000, ce taux a atteint 16 % en 2012.

 

La France en tête de liste des productions

Certes, le classement des productions diffère d’un produit à un autre, mais dans le cas général, la France est le plus grand producteur européen. Si l’Europe a enregistré 373 milliards d’euros de production agricole en 2014, la France y a contribué à 14 %.

 

L’agriculture vers l’exportation

L’exportation des produits agroalimentaires demeure le point fort de ce secteur en France. Après la mauvaise passe de 2009, la commercialisation hors frontière des produits a apporté quelque 11,6 milliards d’euros en 2013. Reste à espérer que cette voie réussira à contrer la tendance à la baisse du revenu agricole en France. En effet, depuis 1998, des instabilités ont été perçues à ce niveau et cela continue jusqu’à aujourd’hui.

Back to Top